Vous êtes dans :

Alejandra Carles-Tolra

  • Exposition

Jusqu'au samedi 15 juin

Rue des Arts

Rencontres avec des inconnus | photographies

La Rue des Arts, espace public à ciel ouvert, bénéficie de multiples cadres installés de façon permanente sur les façades pour l’accrochage des photographies. Il s’agit d’un véritable parcours, organisé à l’instar d’un musée d’art contemporain. Réalisée sous le commissariat du Liberté, l’exposition Rencontres avec des inconnus d’Alejandra Carles-Tolra, photographe originaire de Barcelone basée à Londres, est le sixième projet offert au regard des passants. Ces deux séries photographiques n’en font qu’à leur tête. D’un côté, les masques des citadins vietnamiens, objets de protection qui deviennent objets de distinction. De l’autre, les corps engagés d’une équipe féminine de rugby qui s’affranchissent des stéréotypes et résonnent si bien avec l’engagement sportif de Toulon.

SAVING FACE
Dans les rues des grandes villes vietnamiennes, les jeunes gens portent tous un masque (khau trang) pour se protéger de l’air contaminé par la pollution automobile et industrielle. Avec ces masques qui cachent tout ou presque de leur visage, sauf les yeux, ils finissent par se ressembler, par ne former qu’un. La variété des styles et des formes des masques sont des indices qui trahissent la personnalité de leur propriétaire. Par ailleurs, l’accès accru à la technologie et aux réseaux sociaux a développé chez la classe moyenne en pleine croissance une obsession pour la peau claire, signe de beauté très recherché dans les pays asiatiques voisins. Le masque joue un double rôle à cet égard ; il n’est pas uniquement utile, il incarne également le statut social, le style et la beauté de son propriétaire. En référence aux anciennes affiches de propagande communiste, le fond rouge crée une typologie visuelle unificatrice, permettant au spectateur de prêter son attention aux différences subtiles entre les modèles.


THE BEARS est une série de photographies sur l’équipe féminine de rugby de l’Université de Brown. Ces jeunes femmes rejoignent l’équipe, non seulement pour l’amour du sport, mais aussi comme moyen d’entrer en contact avec une communauté à forte identité dans laquelle elles vont elles-mêmes pouvoir trouver leur propre identité. Ces portraits sont une manière d’illustrer les rapports de groupe. Dépeint comme un sport d’ « élégante violence », le rugby a une identité complexe souvent schématisée. Dans ses clichés, la photographe
cherche à mettre en valeur les dualités qui définissent ce sport et ses joueuses : la violence et la grâce, la force et la faiblesse, le masculin et le féminin. Et quel est le sens aujourd’hui de ces sports dits « masculins » ?

Alejandra Carles-Tolra est une photographe originaire de Barcelone basée à Londres. Son œuvre interroge les relations entre l’identité individuelle et celle de groupe, et comment cette dernière façonne l’autre. Son travail en tant qu’artiste est régi et stimulé par un questionnement pour définir cette identité, le rôle joué par l’environnement et la frontière entre l’identité individuelle et celle de groupe. Elle est titulaire d’un Master des Beaux-arts en photographie de l’Université d’Art et de Design du Massachusetts et d’une Licence de lettres en sociologie de l’Université de Barcelone. Elle a travaillé avec différents organes de presse tels que The Guardian, CNN, Vice, Huffington Post, NYTimes’ T Magazine, Circulation(s) in Paris, Unseen Amsterdam, PHotoEspaña, le Wuhan Art Museum en Chine. En 2017, elle fut récompensée par le Jerwood Photoworks Award et en 2018 elle a été finaliste au Taylor Wessing Photographic Portrait Prize à la National Portrait Gallery.

Vernissage jeudi 21 mars à 18h à la Galerie du Canon
_

Exposition en partenariat avec la Ville de Toulon, CARIM, Var Aménagement Développement et la Caisse des Dépôts.